Le design de la communication

Lionel - Il y a 2 mois

design communication agence valais

La fabrique du sens

L’essor du design est associé à celui de la société de consommation. La capacité du design à améliorer l’expérience, à augmenter l’attractivité ou à provoquer l’adhésion, en fait une arme redoutable pour conquérir les marchés et augmenter les ventes.

Ce qu’il apporte aux produits n’est pas uniquement du ressort des fonctionnalités, mais également de la communication: au-delà de son rôle dans la conception des stratégies et des dispositifs de communication entourant la promotion d’un objet, le design même de cet objet transmet un message (de modernité, de qualité, de facilité d’utilisation, de sophistication technique…), une différenciation, un critère d’achat. Le design transforme les produits de consommation en canaux de communication, vecteurs de messages liés au produit lui-même, à la marque, et à la société dans son ensemble - ses représentations, ses normes.

Le design vit un sursaut humaniste depuis les années 60. De valet de l’industrie et du marketing, il renoue avec le souci de l’individu et se recentre sur l’usage, soit l’adéquation aux besoins et intérêts de l’usager. On cherche à fabriquer des objets utilisables et compréhensibles, grâce entre autres au design d’interaction ou au design d’expérience. Bien plus, il s’agit de créer une compréhension sociale, psychique, culturelle: les objets doivent avoir du sens, dépasser la satisfaction pulsionnelle propre au consumérisme et être capable de « faire monde ».

De la transmission d’un système de signes, le pouvoir de communication du design s’étend désormais au partage du sens.

Service design

La crise écologique est évidemment un des facteurs prééminents de ce revirement du design: les inquiétudes liées à l’environnement poussent vers des solutions permettant de se passer de l’objet. En réaction à la gadgétisation du quotidien et au gaspillage des ressources, une économie du partage, ou de la fonctionnalité, se développe. La production de masse et la possession des objets font place à leur usage renouvelé et partagé, et la valeur se crée dès lors dans le cadre de services - on parle alors de passage au service (servitization).

Le design de services est le moyen de concevoir les plateformes, physiques et/ou digitales, nécessaires à ces nouvelles formes d’économie, comme autant de points de contact. Bien plus, il permet de penser l’expérience globale et cohérente entre ces points de contact (le parcours client). L’économie circulaire s’appuie en grande partie sur le design des services, autour desquels s’articulent, non plus des relations de producteur à consommateur, mais des communautés.

Le service contribue à créer et à communiquer le sens qui relie les membres d’une communauté.

Centré sur la communauté

La saturation communicationnelle à laquelle le discours publicitaire est arrivé, l’idéologie même du luxe que ce discours convoie au-delà des objets particuliers qu’il promeut, et à laquelle l’individu peut de moins en moins s’identifier, font place à une recherche du sens, du partage au sein d’une communauté.

Ce réinvestissement de l’économie par le sens est tangible. En Valais, les jus de fruits d’Opaline en sont un excellent exemple. La marque ne fait pas que créer des produits qui ont une signification et un rôle social: ancrage dans l’économie locale, production responsable; elle cherche à communiquer une vision du monde.

A Bavois, la Petite épicerie, en développant un système de vente directe pour les producteurs locaux, a permis de ramener un commerce dans un village qui n’en possédait plus.

Le design de services collaboratifs représente non seulement l’avenir du commerce (production et consommation responsables), mais également un modèle pour redonner vie aux communautés (et aux communes): retour des commerces de proximité, revitalisation de l’économie locale, engagement social.